© 2019 par Éraclès | © Audrey Serpero

L'esprit de la médiation

L'esprit de la médiation selon Jacqueline Morineau


Nous cherchons le bonheur et, trop souvent, nous trouvons le conflit et la souffrance. cette souffrance, nous ne savons qu'en faire, elle n'a pas sa place dans une société où la raison devrait contrôler nos actes. L'homme moderne, séparé de corps et d'esprit, n'a plus accès à la transcendance, il est seul face au néant. la souffrance non exprimée se manifeste alors par la violence et crée le désordre. la médiation accueille le désordre, elle est la scène sur laquelle le drame peut se dérouler.

Elle offre un temps, un espace privilégiés, pour qu'il y ait passage du chaos à une nouvelle forme d'ordonnancement. l'harmonie peut naître des contraires. L'auteur analyse dans cet ouvrage comment la médiation peut aider à transformer notre société. elle étaye sa réflexion par une étude comparative avec la tragédie grecque et l'illustre par des cas concrets de médiation. la médiation offre à l'homme une confrontation avec lui-même, avec son destin.

Trouver un sens à la vie, c'est faire oeuvre de paix avec soi-même, avec les autres, avec le monde; c'est proposer "une nouvelle vision de l'homme et de sa participation à la construction d'une culture de paix, qui constitue le défi majeur de notre temps" souligne federico major, directeur général de l'unesco, dans sa préface.




Citations et extraits


1 - "Dans tous conflit se crée un espace, un vide qui isole chacun dans son vécu. Vide que chacun essaie, désespérément de combler par des mots qui restent sans signification pour celui auquel ils sont adressés. Ces mots, finalement, chacun les dit pour soi-même puisque l'autre ne peut pas les entendre. Deux monologues se répondent, chacun restant isolé par un mur infranchissable. Ce mur, c'est celui de la séparation qui reste une des expériences humaines les plus douloureuses. Devenir étranger, particulièrement à quelqu'un qui a été proche, que l'on aime ou que l'on a aimé, peut provoquer un désespoir profond et faire basculer la vie d'un individu. Quelque chose d'essentiel a été touché car la séparation provoque la solitude, et l'homme n'est pas fait pour vivre seul.


La communication avec ceux qui l'entourent lui est indispensable. Or, dans la séparation, nous retrouvons, peut-être une des premières expériences traumatisantes de notre vie : LA NAISSANCE".


2 - "Il faut donner sa place à la violence que l'on ne voit pas, qui se cache. C'est la violence intériorisée, non dite, c'est celle que l'on ne peut pas exprimer à l'autre, que l'on refoule en soi-même et qui se retourne contre soi et devient une véritable forme d'auto-agression.

Dans le mot violence, il y a le mot Viol.

Le viol, c'est l'injustice odieuse, c'est l'injustice subie. C'est le choc que l'on reçoit en retour lorsqu'on est confronté à la parole ou à l'acte inacceptable de l'autre. Telles sont toutes les pulsions de violence que nous avons accumulés au cours de notre vie et qui agressent non seulement notre psyché mais aussi notre corps. Celui-ci reste la grande victime. Toute souffrance y est inscrite. Il est la mémoire de ce que nous avons vécu. Pour se défendre, il produit des maladies sans fin que nous disons d'origines psychosomatiques. Le mot lui-même peut exprimer "LE MAL A DIRE". Cela peut aller du rhume qu'on font de soit on a envie d'avoir, jusqu'à la tumeur que "certainement" on n'a pas désiré."


En lire d'avantage > https://www.babelio.com/livres/Morineau-Lesprit-de-la-mediation/350189


  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon